Être votre députée est une immense responsabilité que je mesure pleinement. Au cours de la campagne, j’ai compris que le contrat était clair : nous avons 5 ans pour agir et réussir. C’est le mandat de la dernière chance pour rétablir la confiance en l’action publique et politique.

Je crois profondément en l’utilité de l’action publique au service de mes valeurs. C’est pour cela que j’ai choisi de m’engager en politique dans le Sud Yvelines, ce territoire qui m’a vue grandir. Un territoire urbain et rural, contrasté, riche de sa diversité.

Je suis fidèle aux valeurs qui m’ont guidée et qui m’ont été transmises par ma famille. Elles fondent la personne que je suis : la liberté individuelle, le travail, l’honnêteté, la protection des plus fragiles, le respect de notre culture et de notre identité, l’engagement européen, les droits des femmes, la laïcité.

Je crois que mon élection sur la 10e circonscription des Yvelines contribue au renouvellement, car changer les pratiques, c’est commencer par renouveler les femmes et les hommes. Après 10 années dans le secteur privé, j’ai démissionné de mon poste de directrice conseil dans une grande agence de conseil et communication pour exercer mon mandat à plein temps.

Je suis convaincue que la transparence est l’une des clés de la confiance. Conformément à mon engagement de campagne, j’ai ainsi choisi de rendre public mon agenda.

Parce que je crois profondément en la démocratie, j’ai souhaité créer un conseil citoyen composé de cinq femmes et cinq hommes. Les membres du « conseil des 10 » de la 10ème circo ont été tirés au sort parmi les 150 habitants de la circonscription ayant candidaté. Ce conseil citoyen est consulté mensuellement et permet de faire émerger des réponses concertées et concrètes.

J’ai été très sensible au choix du Président de la République de faire de l’éducation et de la culture une priorité de son mandat. Souhaitant m’investir pleinement sur ce sujet, j’ai choisi d’intégrer la Commission des affaires culturelles et de l’éducation de l’Assemblée nationale. Très engagée sur les questions culturelles qui sont le socle de notre identité tout autant que de notre cohésion sociale et nationale, le Premier ministre m’a ainsi confié une mission pour définir « une politique d’émancipation artistique et culturelle renouvelée ». J’ai également été nommée Rapporteure générale du projet de loi sur l’audiovisuel et Rapporteure du projet de loi relatif à la régulation et à la protection de l’accès aux œuvres culturelles à l’ère numérique à l’Assemblée nationale.

Après avoir été porte-parole du groupe La République en Marche depuis le début du quinquennat, je suis depuis septembre 2020, Présidente déléguée du groupe La République en Marche.

Je suis également Présidente du groupe d’amitié entre la France et Israël, Présidente du groupe d’études sur le cinéma et l’audiovisuel et secrétaire du groupe d’études sur la chasse.

Depuis le début de mon mandat, je suis mobilisée pour le bien-être animal et je salue l’engagement des associations sur ce sujet. En janvier 2021, l’Assemblée nationale a adopté une proposition de loi visant à lutter contre la maltraitance animale et je suis fière d’avoir pu porter ce texte pour la majorité.

Fidèlement,

Aurore Bergé

 

Mes responsabilités au sein de l’Assemblée nationale (voir ma page)

Membre de la commission des affaires culturelles et de l’éducation

  • Rapporteure de la mission « flash » sur les relations école-parents : voir le rapport
  • Rapporteure de la mission d’information sur une nouvelle régulation de la communication audiovisuelle à l’ère numérique : voir le rapport
  • Rapporteure de la mission, confiée par le Premier ministre, visant à « définir les objectifs, les principes d’action et les leviers d’une politique d’émancipation artistique et culturelle renouvelée, allant au-delà de l’éducation artistique et culturelle, et qui s’adresse à tous nos concitoyens » : voir le rapport
  • Rapporteure générale sur le projet de loi relatif à la communication audiovisuelle et à la souveraineté culturelle à l’ère numérique
  • Rapporteure de la mission « flash » sur le suivi du Plan Bibliothèques : voir les conclusions
  • Rapporteure du projet de loi relatif à la régulation et à la protection de l’accès aux œuvres culturelles à l’ère numérique

Secrétaire de la commission spéciale chargée d’examiner le projet de loi relatif à la bioéthique

Membre de la commission spéciale chargée d’examiner le projet de loi portant lutte contre le dérèglement climatique et renforcement de la résilience face à ses effets

Groupes d’études

Parmi les moyens dont les députés disposent pour obtenir les informations nécessaires à l’exercice de leur mandat, il existe les groupes d’études constitués pour suivre une question spécifique (présentation).

  • Co-Présidente du groupe d’études Cinéma et production audiovisuelle
  • Vice-Présidente des groupes d’études :
    • Violences intra-familiales
    • Presse
  • Secrétaire du groupe d’études Chasse et territoires
  • Membre des groupes d’études :
    • Cheval
    • Condition animale
    • Enjeux de la ruralité
    • Livre et économie du livre et du papier
    • République et religions
    • Industrie du luxe et de moyens
    • Économie numérique de la donnée, de la connaissance et de l’intelligence artificielle
    • Insertion économique et civique des jeunes

Groupes d’amitié

Les groupes d’amitié de l’Assemblée nationale regroupent les députés qui ont un intérêt particulier pour un pays étranger. Leur but premier est de tisser des liens entre parlementaires français et étrangers ; ils sont également des acteurs de la politique étrangère de la France et des instruments du rayonnement international de l’Assemblée nationale. (présentation).

  • Présidente du groupe d’amitié France-Israël (voyage d’étude en Israël)
  • Membres des groupes d’amitié suivants : Côte d’Ivoire, Chine, Etats-Unis, Macédoine, Russie, Ukraine, Vatican.

Pour une nouvelle Assemblée nationale

Organisme extra-parlementaire

  • Membre titulaire du Centre national du livre